mercredi 6 juillet 2022

Vive les vacances !

L’été s’est installé avec un ciel tantôt ensoleillé, tantôt plus couvert.  Le fond de l’air est chaud et l’on s’attend à des températures caniculaires la semaine prochaine.  Chaque jour je renouvelle au matin et en fin d’après-midi les points d’eau des oiseaux, je ne mets rien au sol à cause des chats qui pourraient tuer nos amis ailés et comme nous n’avons pas de petits rongeurs ou hérissons les écuelles ne sont pas utiles. 

Comme j’ai la flemme je vous passe juste quelques photos prises de ci, de là, histoire de rester en contact. 


Achillée Apple Blossom



 Achillée Love Parade



Rosiers Lavender Dream et Jean Cocteau


Rosier Dinky et hydrangea Rosabel




Hydrangea "Hot red violet"


Hydrangea "Incredible"



Dahlia "Café au lait"


Dahlia rose inconnu


Clématites Etoile Violette et Mrs Cholmondeley



Clématite Arabella


Clématite Blekitny Aniol et rosier Frau Eva Schubert



Clématite Honora


Clématite Miss Julia Correvon


Clématite Princess Kate


Clématite Rosalyn


Profitez bien de vos vacances, l'important est de vous octroyer du temps pour vous et vos proches, chez vous ou ailleurs.

Pour ma part j’ai pris l’engagement d’un suivi intensif au SPA histoire de profiter de l'abonnement d’été (juillet et août) super qui donne l’accès chaque jour (week-end compris) à bien des services au choix du client (nage douce, aquagym, aquabike, aquatraining, aquajump, etc….) le tout en petit comité de maximum 12 personnes, le rêve (surtout des dames) !  Mais pour les plus jeunes ou plus toniques d’autres exercices « à fond la caisse » sont aussi prévus , moi j’ai opté pour le côté plus cool !   Et puis il faut que j'achève le roman commencé cet hiver, une brique dont il faudra bien que j'arrive au bout pour pouvoir suivre une autre histoire.

Et pour vous ???

Enfin j’espère que la météo ne nous jouera pas de vilains tours….. comme une épée de Damoclès qui nous pend au nez à tous, ça m’inquiète je dois bien l’admettre. 

A pluche !

Siam

vendredi 24 juin 2022

Les achillées

Après la canicule voici venu le moment des pluies intenses et des orages.   Le jardin alterne ainsi avec périodes de sécheresse et arrosages abondants, la jardinière ne va pas s’en plaindre puisque cela évite la corvée d’arrosage.   Je pense à ces quelques bloggeuses ou visiteuses qui n’ont pas cette chance, pas de pluie depuis très longtemps et des plantes cramées, perdues aussi, c’est démoralisant au possible, je suis de tout cœur avec elles et j’aimerais que la manne céleste se dirige vers leur jardin, au moins pour quelques jours.

 

Les achillées que j’adore supportent cette douche avec bonheur pour certaines (si leurs tiges ne sont pas trop hautes) et désespoir pour d’autres.  Je vais devoir flanquer un lien tout autour des tiges pour remettre tout cela plutôt droit, heureusement que les autres variétés ne sont pas encore fleuries.  


Desderos



************



Lachsschönheit


Lilac Beauty


Paprika



Pommegranate



Schneetaler

 

Nous avons mangé les salades et sommes allés en jardinerie avec l’espoir de retrouver d’autres légumes en attendant de semer épinards (géant d’hiver), cresson (à grandes feuilles) et mâche en septembre.  J’ai opté pour radicchio et persil (que je devais aussi remplacer) mais aussi une nouvelle variété d’achillée pour laquelle j’ai craqué devant ses fleurs jaune tendre, coloris que je n’ai pas encore au jardin.

 

Voici donc « Desert eve light yellow » que je vais marier à « Terracotta », un endroit où il y a encore de la place et finalement ces deux tons s’accorderont.


Terracotta

C’est une plante magique l’achillée surtout en ces périodes de fortes sécheresses, un sol sec, du soleil et de temps en temps de l’eau (principalement au printemps), de quoi réconcilier les jardins problématiques.  
J’ai toutefois perdu quelques variétés soit par mauvaises transplantations, soit par…. Je ne sais quoi finalement, la nature garde ses mystères.

 


Je vous souhaite de très bonnes vacances et espère que vos loulous auront réussi leur année scolaire.   Je me ferai plus rare sur le blog mais pas absente pour autant, quelques soucis de santé au niveau de la gorge et du larynx, échographie et scanner en diront un peu plus, en tout cas nodules et kyste sont présents, pas de panique ce ne n’est pas la première fois en ce qui me concerne.

 

A pluche !

Siam

dimanche 19 juin 2022

Les roses anciennes actuellement au jardin

 

Certains jardins regorgent de roses anciennes, d’autres un peu moins.  J’ai souvent entendu cette explication « mon jardin est trop petit pour introduire des roses qui ne remontent pas ».  A l’opposé d’autres rétorqueront que le parfum des roses anciennes est inégalable, que les roses sont divines et que la floraison est merveilleuse.

Au début j’étais à la fois pour et contre sans me décider et puis un jour mon regard s’est posé sur l’une d’entre-elles, en l’occurrence « Celciana » et ce fut un déclic, elle était là tout en hauteur et encore plus en largeur, si imposante qu’on ne voyait qu’elle.  Dans mes quatre ares de jardin je pouvais bien en introduire quelques unes après tout, donc la belle Damas y a trouvé place.


Certaines roses introduites ont toutefois été éliminées, le plus souvent après deux ou trois ans d’implantation,  soit pour leur mauvaise floraison ou pour le déplorable feuillage ou encore pour leur manque de maintien, je me rappelle de la rose « L’Evêque » dont j’adorais le coloris ardoise mais que je devais soutenir par une multitude de tuteurs qui finissaient pas dénaturer la vue alors que la floraison était abondante, dans la même gamme « Cardinal de Richelieu » dont j’attendais tant et pour lequel j’ai obtenu tout au plus en quelques années 12 roses ! ou encore de « Leda » au feuillage si rugueux et grossier et « Ombrée parfaite » que j’ai fini par éliminer bien à contre cœur pour ses aiguilles acérées et sa mauvaise tenue, sans oublier « Chloris » qui refusait de fleurir chez moi (ou alors si peu),

 

Je n’ai gardé que celles qui fleurissent avec bonheur, sept au total et c’est bien assez pour mon lopin, allez je vous les présente…..

 

Les « Damas » d’abord :

 

Celciana, je la cultive en grimpant comme il se doit, les abeilles la courtise allègrement (associée à "Mme Isaac Pereire") j'aime ses différents dégradés de coloris rose.






 



La Ville de Bruxelles, j’adore sa robe froufrouteuse (rose soutenu) et sa vigueur de floraison (associée au moschata  "Alden Biesen")


 




Les Galliques ensuite :

Belle sans flatterie, aux roses plus petites (légèrement violacées) que la précédente et tout aussi florifère, elle est moins haute aussi





Château de Namur, j’ai craqué pour ses rayures remarquables, par contre il faut être patient pour le maintien, le conduire sur un large support me semble avec le recul bien plus adéquat, le feuillage est un peu grossier je l'avoue




Tuscany, un cadeau dont j’aime le coloris sombre et le cœur jaune qui papille pour le plus grand bonheur des butineurs, drageonne fortement




Ypsilante, au maintien un peu compliqué (me fait de longues tiges) mais à la rose étonnante 





Enfin un Hybride Setigera :

Erineering aan Brod (ou Souvenir de Brod), coup de cœur en la voyant dans le jardin personnel d’André Eve et merci à feu Daniel Schmitz pour me l’avoir dénichée (voilà quelques années tout de même)

 







Après les avoir rassemblées pour la photo j’en ai composé un petit bouquet qui a tenu trois jours, les roses anciennes sont belles mais ne se gardent pas longtemps cueillies, ce qui ne m’empêche pas de les introduire dans la maison pour leurs incomparables et sublimes parfums.


 



Quoi que vous décidiez, que vous achetiez, le rosier est affaire de coeur, vous réussirez peut-être celui que j’ai éliminé et garderez finalement les roses qui vous charmeront.

 

Ah ces roses anciennes, un jardin sans une de ses représentantes est un jardin incomplet pour moi, comme un hommage aux vieilles dames qui embaumaient jadis les jardins durant quelques mois, ces belles trouvées on ne sait où parfois par un inconnu qui un jour a protégé sa trouvaille, par un passionné qui a décidé de l'améliorer pour notre plus grand bonheur.

 

A pluche !

Siam