dimanche 12 septembre 2021

Elles sont enfin de retour en Belgique !

 

C’est reparti pour nos foires aux plantes en Belgique, trois saisons de ratées ça fait long alors je suis ravie de pouvoir enfin me replonger dans ces ambiances que j’apprécie, la vie, les fleurs, les gens, les papotages, le soleil, les couleurs et senteurs, les découvertes.

 

Ce samedi je me suis rendue à la Foire du Château d’Hex (près de Tongres) et bien que cette manifestation ne réunisse pas un nombre important de participants j’ai pu y dégoter quelques plantes qui se trouvaient sur ma wishlist ; cinq au total, ce n’est pas beaucoup mais déjà un réel plaisir :



 L’achillea « Terracotta » que j’ai couplée au jardin avec l’Helenium « Moerheim Beauty » près des rosiers Mme Anisette et Desdemonia, un contraste plutôt tout feu tout flamme pour rehausser cet espace un peu trop blanc (et fade à mon goût).




L’Helenium Fiego pour tapisser le pied du rosier Acropolis que je trouve un peu trop dégarni.

 


Un sympathique Coreopsis « Full Moon » pour la vasque centrale (j’ai craqué pour un ton jaune canari que j’ai mis quelques temps à pouvoir cadrer au jardin, seul endroit possible la proximité de cette vasque qui regroupe des plantes vertes pour l’essentiel).


Enfin une belle anémone « Frilly Knickers » rose/mauve double que j’ai installée au pied du rosier Thierry Marx.





Petit à petit les espaces vides au jardin se combleront, il faut juste un peu de patience et quelques coups de bol car trouver tout ce qui est sur la wishlist relève de l’exploit, vous connaissez cela aussi j’en suis à peu près certaine et souvent on revient avec d’autres plantes imprévues, et oui c’est cela la magie des foires.

Sorry si mes parutions ne suivent pas mais suite à ma chute les résultats du scanner ne sont pas des plus joyeux, me soigner aussi avec l’aide du kiné sinon que faire d’autre ?  Marcher OK, allongée OK, assise « catastrophe ».

 

A pluche !

Siam

 

dimanche 5 septembre 2021

Les plantes aromatiques

 

Ah les plantes aromatiques, j’en raffole et ne manque jamais de les intégrer dans mes plats.  J’ai mes préférées bien entendu mais il faut savoir varier les parfums et il y tant de plantes que nous n’avons pas sur le marché que j’aimerais pourtant découvrir.  Malheureusement les plantes en petits godets vendues dans les supermarchés et placées en cache-pot ne durent pas longtemps et attirent plutôt les petites mouches blanches, c’est chaque fois à recommencer et cela m’énerve.

Je consulte souvent ce magnifique livre pour m'instruire sur les cultures et leurs pièges



et je rêve d'un carré rien qu’à moi…. car pour l’instant je n’ai au jardin que thym (pour la soupe verte) et menthe (pour le taboulé).

Je suis allée en jardinerie et je bavais d’envie devant l’étal des plantes succulentes qui ne demandent qu’à intégrer les jardins, oui mai chez moi tout l’espace est dévolu aux roses, hydrangeas, arbustes et plantes d’accompagnement, plus de place M’dam.

Heureusement tout près il y avait des conteneurs avec leur couvercle qui ne demandaient qu’à prendre du service, hop un exemplaire pour bibi.  Ce n’est pas bien grand 71x52 cm mais cela fait mon affaire (pour l’instant du moins).  Et voici planté dans un terreau spécial légumes 2 plants de laitue Mesclun, 2 de roquette (j’adore sur la pizza) basilic, ciboulette, coriandre, persil plat et thym.

 



Bon y a plus qu’à jongler avec les recettes maintenant.

 

A pluche !

Siam

dimanche 29 août 2021

Les malheurs d'Augusta

 

Dans un jardin tout n’est pas rose et violette…. Mais cela vous le savez déjà.

J’ai décidé d’enlever les rosiers qui ne répondaient pas à mes attentes parce que trop chétifs, trop soiffards, trop malades, roses trop vite fanées, trop et trop. 

Ca c’est la logique évidente sauf que face à ce passage à la trappe il y a un rosier pour lequel j’ai un sérieux coup de cœur et dont je ne veux ni ne peux me passer : Augusta Luise aussi appelé Fox-Trot, (hybride de thé) du créateur Tantau (Allemagne) parce que la rose m’émeut au plus au point, elle est belle, frissonnante avec sa jupette en frou-frou comme à l’opéra et ses coloris pêche et rose clair, bref la rose a toutes les qualités à mes yeux mais le feuillage ne peut en dire autant, ce serait plutôt « mémé malade de la varicelle » taché et vieillot.  

C’est une question de soins, de terre, d’alimentation et même d’exposition (plutôt mi-ombre claire avec quelques heures de soleil)  et je finirai bien par apprivoiser la donzelle.

Voici le premier exemplaire acheté au marché que j'ai associé à la valériane rouge (ou centranthus ruber) pour garder une unité de coloris, le bleu pour moi serait trop cassant, le blanc convient aussi mais pour un mariage plus froid ainsi qu’un jaune tendre).




Début de cette année j’ai profité du changement de place de la barrière bleue (qui est devenue taupe) pour enlever à ses côtés le pied trop malade et aux racines quasi disparues, trop de soleil peut-être ou du pipi de chats, je pencherais finalement pour les deux.

En mars j’ai acheté un autre exemplaire que j’ai installé devant la véranda avec à ses côtés du lychnis blanc et deux plants de valériane (voir le 0 sur le cliché), tout petit le rosier a tenu le coup pendant ses quatre premiers mois de plantation m’offrant quelques belles roses.  


Etouffé par mes erreurs de plantation (le lychnis est une vraie peste) il a fini par dégonfler comme une baudruche, fini les belles roses et même le feuillage.  Alors que faire ?  acheter un troisième exemplaire ?  Je l’ai enlevé pour constater la force de ses racines, rien à voir avec l’exemplaire précédent donc cette fois une sérieuse chance de reprise, la période n’est pas vraiment idéale mais je n’avais plus le choix.

Le grand bac du patio s’est libéré car j’ai enlevé les rosiers Purple Tiger (tout rikiki) et Berlingot (un beau panaché blanc et rose, odorant, mais aux tiges ingrates), changé la terre pour la nouvelle installation avec à ses côtés l’achillea Lachsschonheit.



Oui c’est tout petit, chétif au possible, à la limite du risible mais je crois au miracle, je croise les doigts pour que trop de pluie ne vienne pas jouer les troubles fêtes car de petites feuilles font leur apparition signe d’une reprise. L’an prochain j’ajouterai peut-être une belle fougère pas trop grande à ses côtés.  Wait and see comme dit le proverbe, en tout cas si cela s’avèrerait encore un fiasco je sais que je rachèterai un autre exemplaire car lorsque l’on aime on ne compte pas.

A pluche !

Siam

lundi 23 août 2021

Fin d'un été absent

 

La pluie presque continue n’arrange pas les choses, les roses ont le feuillage abîmé et beaucoup de pétales sont pourries, les accompagnantes s’en tirent mieux quant aux mauvaises herbes c’est le bonheur et elles envahissent sans vergogne.  L’aspect général du jardin s’en trouve forcément impacté mais je ne suis pas la seule dans le cas.















Impossible de passer des heures au jardin, je préfère attendre quelques jours de temps secs car le sol est assez glissant, la clôture attend patiemment un temps meilleur pour recevoir sa couche de protection annuelle, la pelouse est bien verte, les mousses s’en donnent à cœur joie et les baveux sont comme chez eux mais j’ai cessé de râler surtout lorsque je vois ce qui se passe ailleurs…

 





Les pauvres vasques passent plus de temps en véranda qu’à l’extérieur, au risque de voir la terre si imbibée d’eau que tout pourri.



Le BBQ est en mode « sporadique », dès que le temps le permet je l’utilise en cuisinant des plats équilibrés grâce aux deux poêlons en fonte que j’avais commandé voilà six mois et enfin reçu par un jour de pluie comme il se doit !  Mon erreur de débutante fut d’y mettre trop d’huile, j’ai à présent rectifié le tir et tout est parfait, ce type de cuisson à l’étouffée a tout pour me plaire et je commence à y cuisiner mes propres courgettes sans oublier les délicieuses pommes de terre (de la ferme du coin) que j’accompagne sur l’assiette d’un peu de yaourt aux fines herbes.


Ceci dit je n’hésite pas non plus à déguster les plats froids dont je raffole, le mode sucré/salé me plaît beaucoup.


Septembre sera bientôt là et j’espère que les foires aux plantes prévues en Belgique auront enfin lieu ; j’aimerais y trouver cet abreuvoir suspendu pour oiseaux et un mangeoire pour l’hiver, il faut faire preuve de beaucoup d’imagination pour les mettre à l’abri des chats si entreprenants, j’ai d’ailleurs supprimé les abris afin d’éviter que les jeunes ne se fassent massacrer lors de leur première sortie du nid.

 

Je vais mettre à profit ce temps imparti pour recenser les rosiers qui demandent trop d’entretien (ou trop d’eau par temps sec) pour un piètre résultat, inutile de garder les canards boiteux, place à la raison et aux beaux petits arbustes qui savent mieux se tenir.

 

Voilà, la rentrée s’amorce et je dois animer un peu plus le blog, c’est dur après deux mois de relâchement, reprendre la vitesse de croisière demande effort et concentration, ce que j’avais un peu mis de côté.

 

Je termine avec une pensée pour l’Afghanistan et Haïti, quels drames, quels désastres.

 

A pluche !

 

Siam

 

 


mercredi 18 août 2021

Un rosier Delbard : Thierry Marx

 

Voici un des nouveaux rosiers de cette année (planté le 7 mai), j’apprécie le cuisinier Thierry Marx et aussi la belle rose qu’il a choisie chez Delbard . 


Sur les photos du net elle apparaît souvent plus mauve mais en réalité ce ton est plus pâle chez moi, disons rose avec le revers ivoire mais le mauve se laisse deviner, bon le rosier est jeune et doit encore faire ses preuves, notamment au froid et à l’évolution éventuelle des coloris.  

Pour la pluie il répond bien, le feuillage est beau et sain jusqu’à présent, les tiges sont vigoureuses aussi, les roses se suivent assez régulièrement et avec toute cette pluie je ne puis donner de précision sur le parfum, une valériane l’accompagne ainsi que le lychnis blanc (que je vais supprimer car ce dernier est trop envahissant).






Un rosier qui pourrait aller dans un grand pot sur une terrasse, en tout cas je ne regrette pas mon achat qui était proposé en jardinerie Delbard pour la fête des mères en Belgique.

A pluche !

Siam

lundi 16 août 2021

La mi-août

 



Déjà un air d’automne au jardin, ce matin j’ai pris quelques photos et avant les roses j’ai préféré vous montrer quelques vues qui annoncent la saison que j’adore, des tons neutres, fanés, passés mais aussi profonds pour des plantes toutes en rondeur ou effilées, peu importe le charme opère.














Le jardin revit, refleurit et j’adore même si l’entretien n’a pas vraiment été au top. L’opération de Poupée, ma chute au jardin entraînant un prochain passage au scan, bref le jardinage n’a été ma tasse de thé, je ferai mieux après cette année disons « sabbatique ? ».


Les vacances touchent à leur fin, tout doucement et déjà la rentrée se faufile dans nos vies, j’ai hâte de revivre une foire aux plantes non pour y acheter car le jardin regorge de tout mais pour humer l’ambiance, me poser et simplement regarder l’effervescence des jardiniers et jardinières, entendre les conseils des producteurs, bref retrouver la joie des jours passés.





Belle semaine à vous et à pluche !

Siam