mercredi 16 septembre 2015

Tess of the d'Urbervilles

En droite ligne de l'écrivain anglais Thomas Hardy voici un rosier qui reprend le nom d'un de ses célèbres romans qui à l'époque fit grand bruit puisqu'à l'époque victorienne il était de bon ton que les hommes eussent des maîtresses mais pas que la femme puisse aimer ou se donner avant mariage !


Il me semble, en parcourant les divers forums ou blogs que ce rosier n'est pas souvent présent. 
En feuilletant le catalogue de David Austin j'avais remarqué qu'il n'était pas très imposant mais je l'ai choisi pour son magnifique coloris et tant pis s'il n'est pas aussi imposant que les autres grimpants. 


A son honneur toutefois quelques particularités : les roses bien doubles atteignent les 7 à 8 cm de diamètre, elles tiennent près de deux semaines et supportent très bien la mi-ombre, pas de parfum marquant mais l'avantage de savoir se tenir en vase.  Toutefois il faut de la patience, le mien a quatre ans et commence enfin à devenir beau, les floraisons se succèdent et le feuillage se défend bien. 




Un conseil il faut impérativement  le palisser à l'horizontale, contre une clôture ou un mur, à l'inverse sur une arche il ne donnerait pas sa pleine beauté car il faudrait le laisser courir en hauteur et non en largeur et la floraison serait moindre.


L'an prochain je vais ajouter à son pied quelques digitales blanches pour mettre encore plus en valeur ce sombre coloris bordeaux.

A pluche !


Siam

1 commentaire:

  1. Un nom qui lui va bien. Un roman lu durant mon adolescence !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer